16 Nov · Ecole · No Comments

Le voyage de Lilou : #1 Népal

Lilou âgée de 7 ans et sa maman Alizée sont parties toute les deux pendant 3 mois en voyage en Asie. Lilou va à l’école des Enfants sous les Pins à Capbreton. Les copains de l’école correspondent avec Lilou et Alizée par email et vont suivre leur voyage pour vous raconter leur histoire.

Elles sont parties le lundi 16 octobre 2017. Dans leur sac à dos, elles ont pris :

Par personne :
– 1 sac à dos
– 2 pantalons
– ‎2 t-shirt
– ‎2 t-shirt à manches longues ou chemises
– ‎2 polaires
– ‎1 manteau
– ‎2 paires de chaussettes
– 5 culottes
– ‎1 pyjama
– ‎1 maillot de bain
– ‎1 casquette
– ‎1 poncho
– ‎1 paire de chaussures de randonnées
– ‎1 paire de sandales
– ‎1 serviette de bain
– ‎1 sac de couchage
– ‎1 appareil photo

En commun :
– 1 carnet de voyage (passeport / billets d’avion / carnet de santé / livret de famille / photos d’identité)
– 1 moustiquaire
– ‎de la crème solaire et du labello
– ‎1 lampe frontale (et des piles)
– ‎1 couteau suisse
– ‎des mouchoirs
– ‎des petits livres de poche
– ‎1 guide sur les pays
– ‎1 carnet de bord pour raconter chaque jour notre aventure
– ‎1 banane à mettre autour de la taille pour transporter discrètement passeport et argent pendant les balades
– ‎1 trousse de toilettes
– 1 trousse à pharmacieEn commun :
– 1 carnet de voyage (passeport / billets d’avion / carnet de santé / livret de famille / photos d’identité)
– 1 moustiquaire
– ‎de la crème solaire et du labello
– ‎1 lampe frontale (et des piles)
– ‎1 couteau suisse
– ‎des mouchoirs
– ‎des petits livres de poche
– ‎1 guide sur les pays
– ‎1 carnet de bord pour raconter chaque jour notre aventure
– ‎1 banane à mettre autour de la taille pour transporter discrètement passeport et argent pendant les balades
– ‎1 trousse de toilettes
– 1 trousse à pharmacieEn commun :
– 1 carnet de voyage (passeport / billets d’avion / carnet de santé / livret de famille / photos d’identité)
– 1 moustiquaire
– ‎de la crème solaire et du labello
– ‎1 lampe frontale (et des piles)
– ‎1 couteau suisse
– ‎des mouchoirs
– ‎des petits livres de poche
– ‎1 guide sur les pays
– ‎1 carnet de bord pour raconter chaque jour notre aventure
– ‎1 banane à mettre autour de la taille pour transporter discrètement passeport et argent pendant les balades
– ‎1 trousse de toilettes
– 1 trousse à pharmacie

Dans la trousse de toilettes :
– savon « All-in-one » qui s’utilise pour le corps, les cheveux et les dents mais aussi comme déodorant et pour
faire notre petite lessive à la main !
– ‎brosse à dent et à cheveux
– ‎quelques élastiques pour nos longs cheveux
– ‎des lingettes rafraîchissantes

Dans la trousse à pharmacie :
– des pansements
– ‎1 antiseptique
– ‎1 paire de ciseaux
– ‎de la Biafine
– ‎quelques médicaments en cas de nausées, diarrhée, mal de tête
– ‎des lotions anti-moustiques
– ‎des huiles essentielles pour petits bobos et moustiques

« Notre premier pays est donc le Népal dont la capitale est Katmandou.
Ici, les gens parlent le Nepali, leur langue maternelle mais heureusement pour nous, ils parlent aussi anglais.
La monnaie locale est le roupie népalais. Pour avoir une idée, 1€ = 122 NPR (roupies népalais).
Il fait beau et chaud à cette période mais pas trop chaud non plus, ce qui nous permet de ne pas être attaquées
par les moustiques.

Quand nous sommes arrivées au Népal le mardi 16 octobre 2017, nous avions réservé sur internet
(Booking.com) nos deux premières nuits sur place pour être plus tranquilles le premier soir comme nous
arrivions à Katmandou de nuit.
Pour le reste, rien n’est programmé d’avance. Nous décidons de ce que nous faisons au jour le jour. Chaque
journée nous apporte des choses nouvelles, nous ouvre sur des perspectives inattendues, des rencontres, des
paysages… qui nous donnent envie de rester un peu plus à un endroit où d’aller en découvrir un autre.
À ce jour, nous changeons d’endroits tous les deux-trois jours à peu près et chaque soir nous dormons dans
des guest- house. Ce ne sont pas vraiment des hôtels mais plutôt un mix entre une chambre d’hôtes et une
auberge de jeunesse. Parfois nous avons la salle de bain et les toilettes dans la chambre, parfois nous la
partageons avec les autres dans le couloir.

Nous sommes arrivées au bon moment, pour l’événement du Festival des lumières en l’honneur de la déesse
Tihar. Nous sommes alors à Katmandou la capitale. À cette occasion, des guirlandes lumineuses et des
bougies sont accrochées devant chaque maison et magasin ! Petits et grands chantent et dansent dans le rues
et devant chaque porte les gens dessinent à l’aide de poudres colorées l’illustration de la déesse de la lumière
Tihar pour la bénédiction, c’est magnifique et plein de vie!

Chaque jour, nous nous perdons,  nous partons… quelque part… à la découverte de la ville et nous voyons là
où nous avons envie d’aller, ce qui nous donne envie sur le moment. Et comme il y a des milliers de rues, nous
revenons forcément en taxi le soir comme nous n’avons absolument aucune idée de l’endroit où nous sommes
!
À ce sujet, la ville est remplie de taxis pour les touristes ou de scooters pour les locaux. Bien-sûr, tout dépend
de l’endroit où l’on est, mais un taxi coûte environ 500 NPR (roupies), ce qui représente pour nous moins de 5
euros.
Le vendredi 20 octobre, nous avons atteint les sommets de Katmandou, un quartier nommé Swazambu en haut
duquel se trouve un magnifique stûpa (sorte de temple) qui surplombe toute la ville. Les escaliers qui mènent
au stûpa abritent des petits habitants extrêmement agiles…des singes !! Plein de petits singes partout !!
Lilou était aux anges, à l’affut du moindre petit mammifère, appareil photo dégainé !

Le lendemain, samedi 21 octobre, nous avons pris le bus pour aller à Bhaktapur. C’est à 13 kms de Katmandou
mais il nous faut 1h pour nous y rendre avec le monde qu’il y a sur la route et les routes complètement
défoncées ! Il fait savoir qu’il y a eu au Népal un terrible séisme en 2015. Un premier tremblement de terre a
assailli le pays en avril 2015, puis un deuxième un mois plus tard. Énormément d’habitants ont perdu la vie lors
de cet événement, beaucoup de maisons et de bâtiments ont été détruits, et seulement certaines routes ont été
reconstruites. La ville de Bhaktapur a d’ailleurs beaucoup souffert du séisme.
Malgré tout, la ville est belle…y règne un calme que l’on ne retrouve pas dans la capitale. C’est un lieu spirituel
avec des temples magnifiques à chaque coin de rue. Ici, la prière est très importante et tous les matins les
gens viennent prier de 5h à 7h du matin dans les différents temples. Dans les autres villes, ils le font plus
occasionnellement. À Katmandou par exemple, les rues sont très animées tard le soir ! Alors qu’ici à 20h tout
est fermé et les restaurants aussi! Ça change et ça fait du bien aussi après l’effervescente et bouillonnante
Katmandou !:)
Nous avions prévu de rester 2 nuits mais finalement nous resterons une nuit de plus, on est bien ici 🙂 et ensuite
on verra !:)
On profite du moment présent. On n’anticipe rien, on se laisse porter par l’ambiance et l’envie du moment…On
est bien…
La guest house où nous sommes est gérée par une famille vraiment adorable ! Lilou les adore et joue
beaucoup avec Maneka, la femme et Deepak son mari. Ils lui offrent des bracelets, des tikas (points rouges à
mettre sur le front), du vernis, des chips  et ce n’est pas un soucis s’ils ne parlent pas la même langue, ils
parviennent à se faire comprendre !
Le soir, nous avons mangé tous ensemble avec également Birgit, une allemande d’une cinquantaine d’années
venue faire du trek ici, ça fait plusieurs fois qu’elle vient dans cette guest house. Nous avons mangé le plat
typique d’ici le Dal bhat, préparé par Maneka : un délice ! C’est un plat à base de riz et de soupe de lentilles
avec des petits légumes à côté. Et pas de couverts bien-sûr, avec les doigts! C’est de cette façon que l’on
mange ici 🙂

Nous sommes arrivées hier en début d’après midi à Nagarkot, en ce mardi 24 octobre ! Nagarkot est un petit
village de montagne, proche de la chaîne himalayenne. Nous avons mis 1h15 pour faire 13kms dans un bus
bondé au milieu des pommes de terre et de poisson, empruntant des routes terreuses et cabossées de
montagne !
Notre hôtel est super et nous avons même une terrasse privative avec vue directe sur les montagnes, c’est
magnifique !! On sent qu’on a pris de l’altitude ici, les polaires sont de mises !
Ce matin, nous avons mis notre réveil à 5h10. Il faisait très froid ce matin. Il faisait encore nuit quand avec
Prem, le gérant, nous avons pris la voiture pour atteindre les hauteurs. De là, nous avons pu voir la chaîne
himalayenne avec le Mont Everest tout petit au loin et un autre Mont moins connu chez nous mais très connu
ici, le Mont Langtang, beaucoup plus proche. Pour les voir, il faut y être absolument avant le lever du soleil, juste
aux premières lueurs de l’aube. Sinon, un voile se pose sur les montagnes. Nous sommes arrivées au bon
moment pour les voir! Puis nous avons attendons un petit moment pour profiter ensuite d’un magnifique lever
de soleil au dessus des montagnes…ça valait vraiment le coup de se lever aux aurores !!

À l’hôtel à Nagarkot, nous nous sommes très bien entendues avec Bal Chandra qui travaillait à l’accueil. Deux
jours après notre arrivée, il nous a proposé de dormir dans son famille. Nous avons parcouru 8kms à pied à
travers collines et sentiers de chèvres tant les routes ont été détruites par le séisme de 2015. Au bout de 2h30,
nous sommes arrivées dans un tout petit village au milieu des récoltes et rizières, au coeur de la nature. Nous
avons été accueillies par les parents de Bal Chandra, son frère aîné Bal Krishna, sa femme et son bébé de 7
mois. Ils vivent tous ensemble dans une maison qu’ils sont en train de construire après que la leur fut détruite
par le tremblement de terre. Il n’y a pas encore de porte ni de fenêtre, ni d’eau ni d’électricité.
Nous avons été accueillies à bras ouverts. Ils ont tous été d’une gentillesse ! Dans le village, seuls les deux
frères Bal Chandra et Bal Krishna parlent anglais. Mais ce n’est pas grave, les sourires parlent d’eux même…
Nous étions tellement bien là-bas avec eux que nous sommes restées 1 nuit de plus ! Tout le village venait
nous voir, nous étions l’attraction puisqu’il n’y a aucun touriste ici, l’endroit est trop reculé. Pour nous, c’était
parfait !
Ce sont des fermiers, ils travaillent tous les jours aux champs et tout se fait, se coupe, se porte de leurs propres
mains. Pas de machines ici, le travail est très dur et physique pour les hommes comme pour les femmes. Bal
Krishna nous a amené dans les rizières, le paysage est d’une beauté à couper le souffle!! Les collines sont
comme striées des différentes cultures et rizières. Ils cultivent de tout : du riz, maïs, haricots, citrouilles,
épinards, bananes, mangues, tomates, ail etc…ils ont des chèvres mais aussi des Buffalos qui leur fournissent
du lait et leur permettent de faire du yaourt, du beurre et de la graisse. Et tout se recycle puisque les mauvaises
herbes des cultures servent à nourrir le bétail et les excréments du bétail servent d’engrais aux cultures.
Nous les avons aidé pour le maïs. D’abord à enlever l’enveloppe, puis à extraire chaque grain. Tout à la main
bien-sûr.
La nourriture qu’ils nous ont offert était excellente, tout droit sortie des champs et de leurs efforts. Ici tout est
bio au moins! Lilou est restée les 2 jours avec une petite fille du village, inséparables les deux !! Et pourtant
elles ne parlent pas du tout le même langage !! Et le soir nous partagions une chambre avec, soit la maman,
soit le femme de Bal Krishna et son bébé. Ici bien-sûr on se couche tôt comme la nuit tombe à 18h et
qu’ensuite on éclaire à la lampe. Et le matin, tout le monde se réveille à 6h avec le soleil, nous de même.
Bien-sûr on ne s’est pas lavé pendant deux jours puisque sinon c’était directement dans la rivière 🙂
Nous avons adoré être au milieu des rizières ! C’était tellement beau! Mais au final ça peut être vite dangereux
pour eux puisqu’ils sont pieds nus ou en sandales ouvertes. Et pour accéder à leurs champs, il faut marcher un
certain temps et traverser à pied deux rivières qui deviennent énormes en période de mousson ! Et, comme
nous avons pu très bien le remarquer, les rizières demandent beaucoup d’eau et cette eau attire…les serpents !!
Sur le chemin des rizières, nous en avons vu un petit, un moyen, puis un énorme de plus d’un mètre et large de
10cm !!! Autant vous dire qu’on n’a pas trainé !!
Le papi dort dans l’établi qui fait office à la fois de cuisine et de dortoir pour les chèvres. Il y reste puisque ces
dernières peuvent être attaquées par des tigres !!
Comme vous le voyez, leur vie n’est pas de tout repos… Mais ils sont au calme et se suffisent à eux-mêmes
puisque toute la nourriture dont ils ont besoin est là. S’il leur en reste, il la vende. Nous avons donc passé 2
jours dans un petit coin de paradis, le vrai Népal loin des sites touristiques, la vie telle qu’elle est ici… Une
expérience inoubliable !!

Après les montagnes à l’est de Katmandou, nous voilà dans les montagnes à l’ouest de la capitale. Pour
atteindre la ville après notre séjour dans les montagnes reculées, nous avons dû emprunter un premier bus
pendant 2h pour faire…8kms!! Les routes sont dans un tel état qu’en marchant, on ne met pas plus de temps!
Un deuxième bus pour descendre des montagnes pendant 1h15 et un dernier pour le même temps jusqu’à
Katmandou. Nous avons dormi une nuit dans la capitale : une bonne douche s’imposait !!
Le lendemain, lever à 6h, le temps de trouver un bus direction Pokhara, à 200kms à l’ouest de Katmandou. Sur
cette route, j’ai eu vent d’un petit village dans les montagnes au style typique neware. Nous voilà parties pour
5h et demie de route pour parcourir les 145kms qui nous séparent de Dumre et prendre ensuite un dernier bus
pour les 8 derniers kilomètres. Encore une fois, les routes sont tellement cabossées et défoncées que les
voyages ne sont pas de tout repos. Ici vous avez le choix, les bus touristiques ou les bus locaux. Bien-sûr les
bus locaux sont facilement 8 fois moins chers et bien plus typiques. Nous sommes à chaque fois les seules
touristes et les gens parlent très peu anglais mais on arrive à chaque fois à destination au final 😁
Dans l’après-midi, nous sommes arrivées dans ce magnifique petit village Bandipur! À la sortie du bus, nous
avons trouvé une petite guest-house, très sommaire et rustique mais les gens y sont très gentils !
Nous avons passé 3 jours supers dans ce petit village de Bandipur ! Au calme…dans la nature…un vrai petit
village au couvre feu à 21h et aux coupures de courant fréquentes. On reste dans l’authenticité. Le village
respire la sérénité et les paysages sont magnifiques. Nous sommes tombées en plein festival pour les premiers
grain de riz récoltés de la saison. Pour l’occasion, les plus jeunes villageois nous ont offert un très beau
spectacle de danses traditionnelles, hommes et femmes confondus. Nous avons également fait la
connaissance de Benoît, un Breton, avec qui nous avons fait de très belles ballades autour du village dont les
Siddah Caves, à 1h et demie de marche dans la foret. Ce sont des grottes profondes et dans l’obscurité la plus
totale. Un guide est bien nécessaire, la grotte est immense et regorge de coins et recoins. L’obscurité n’aidant
pas, nous perdions facilement tous nos repères.
Le mercredi 1er novembre, nous avons pris le chemin de Pokhara, à 2h et demie de bus de Bandipur. La ville se
concentre autour d’un grand lac, lui-même entouré de montagnes. Le paysage est magnifique. Et ce matin là,
nous avons eu de la chance, les montagnes se sont dégagées et nous avons pu admirer, depuis notre petite
barque en plein milieu du lac, les sommets enneigés des Annapurnas. Néanmoins, nous décidons de repartir
dès le lendemain matin direction Katmandou, la capitale. Ici, c’est le coin le plus touristique qu’on ait vu depuis
le début. Le genre d’endroit où les gens viennent plutôt faire la fête que rencontrer la population. Autant dire
que ce n’est pas vraiment notre tasse de thé ou peut-être avons-nous été trop mal habituées depuis le début 🙂
Jusqu’alors, nous n’avions croisé aucun français ; ici notre cher pays est bien représenté! Petit clin d’oeil quand
même aux parapentistes ! Pokhara est le spot incontournable pour le parapente!
Le vendredi, nous sommes arrivées à Katmandou après avoir parcouru 200kms en…10h30…oui oui…ah les
joies des routes et du trafic népalais !!!
À Katmandou, nous avons retrouvé un ami qu’on avait rencontré dans les montagnes et nous sommes arrivés
ensemble à Bhaktapur le lendemain pour retrouver d’autres amis qu’on s’était fait la première semaine afin de
leur dire au revoir avant notre départ mardi ! Déjà 3 semaines ! C’est dingue comme le temps passe vite…

Et bien voilà, mardi 7 novembre, ce Népal tant attendu est déjà terminé… 3 semaines que nous sommes
arrivées dans ce petit aéroport, complètement livrées à l’inconnu, prêtes à se lancer dans cette grande
aventure, sans avoir la moindre idée des chemins que nous parcourons…et depuis, que de rencontres, que de
paysages, que de découvertes… Nous verrons en janvier quel pays aura été notre favori, mais en attendant, j’ai
eu un véritable coup de coeur pour ce Népal… Quand j’ai envisagé ce voyage, je n’avais aucune idée des autres
pays mais je savais qu’au Népal j’irai. Cela fait bien longtemps que ce pays m’attire pour je-ne-sais quelles
raisons. Je suis tellement heureuse d’avoir pu le visiter et le découvrir avec ma fille ! Lilou a profité de chaque
instant. L’innocence des enfants, leur spontanéité… La barrière de la langue n’en est pas pour eux… Ces
moments sont les plus magiques de tous, et surtout, les plus vrais…
Ces 3 semaines sont passées à une vitesse ! Nous aurions largement pu rester plus, tant il y a de choses à
faire et tant nous nous y sentions bien… « 

CONTACTEZ-NOUS

Vanessa Fontagné au 06 75 20 64 33
Soline Bogdanovic au 06 98 03 15 23

enfantssouslespins@gmail.com

Adresse :
Villa Eider, rue Galamp - 40130 Capbreton

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK